Pages A4 - 191 à 194.

 

5. 5. 3- Montréal, perle du Canada.

 

 

 

 

 

                                          Originalement, mon voyage prévoyait une escale d'un jour à New York, qui est le plus proche de Montréal vu qu'au départ de Bruxelles, ce n'était, sous-disant, pas possible autrement. Cependant, en me renseignant à l'aérodrome de San Francisco, il était possible via une escale de quatre heures à Chicago de s'y rendre pendant quatre jours sans supplément de prix. Ce parcours fut assuré par la compagnie American Airlines. Alors, je pris contact avec une correspondante du Canada, Louise Langevin de Valleyfield à une trentaine de kilomètre de Montréal, qui me réserva une chambre d'hôte chez des particuliers (Mr & Mme Jean Saint-Antoine au 1605 rue Legendre à côté du parc André Grosset), non loin du centre ville. Je signalais mon arrivée, vers minuit, par téléphone (381-4420) et comme Louise se mariait ce jour-là, ce fut une autre personne qui vint me chercher en voiture. La ville s'étend le long des pentes du Mont Royal, point central de l'île où les eaux de l'Outaouais (Ottawa River) se jettent dans le fleuve Saint-Laurent, en route vers la mer. De très loin, lorsque le ciel est clair, on aperçoit la montagne et la cité qui se dessinent à l'horizon; c'est là une perspective fascinante, sans égale sur le continent nord-américain. En s'approchant, nous constatons que la main de l'homme a retouché le tableau naturel: elle a tracé un profil franc et hardis, mis en relief par la verdure de la montagne royale encore inviolée... le diadème de la ville.           Chicago: Two Towers et vue aérienne

100 Chicago, Two Towers 100 F Chicago

                                          En se promenant, du pont Mercier au pont Jacques-Cartier sur l'autre rive, on voit alors défiler tout le panorama de la cité embellie au premier plan par le profil vigoureux de l'Expo, dans un site unique où le bleu des eaux se marie avec la verdure des parcs, un spectacle sans pareil... Pour saisir l'ambiance de Montréal, il suffit de flâner au gré de sa fantaisie. L'ancienne ville, située sur une crête qui domine le fleuve, est très intéressante. Avec les années, les habitants se multiplièrent et l'enceinte fortifiée s'entendit au territoire connu, encore aujourd'hui, sous le qualificatif de "Vieux Montréal" et qui a la forme d'un quadrilatère allongé. C'est là que l'on retrouve de nos jours: l'Hôtel de Ville, les Palais de Justice, les services administratifs du gouvernement provincial, les grandes institutions financières et maritimes. Tout autour, la ville moderne qui s'est magnifiquement déployée en s'étendant de plus en plus sur ses îles, ressemble à un archipel entre le Saint-Laurent, la rivière des Prairies et la rivière des Mille Iles. Des gratte-ciels modernes, des quartiers résidentiels, des centres industriels, des immeubles-bureaux ont succédés à la forêt d'autrefois; des boulevards et des autoroutes aux sentiers et aux ruisseaux sauvages. Mais il reste bien assez de parcs et de jardins pour réjouir les Montréalais, d'autant plus que la nature reprend tous ses droits aux alentours de la cité et il ne faut pas aller très loin pour retrouver, dans les Laurentides par exemple, les plus jolis paysages de verdures et d'eaux vives.

5

                                          C'est en 1535 que Jacques Cartier découvrit, en remontant le fleuve Saint-Laurent, le site au nom indien d'Hochelaga qu'il appela Mont Royal. On pense que cette belle colline boisée, avec son lac aux Castors au sommet, serait un ancien volcan d'où l'on a une vue magnifique sur tous les points cardinaux, en particulier sur le Saint-Laurent et ses rapides tumultueux qu'à l'époque on ne pouvait pas encore franchir. Si Cartier a été le premier Européen à découvrir la beauté de l'endroit, c'est un autre marin français, Samuel de Champlain, qui en pressentit la valeur inestimable comme port de mer. À son second voyage au pied du "Grand Sault" (plus tard les rapides Lachine), Champlain aménagea un vaste poste de traite de fourrures et baptisa l'emplacement qu'il entoura d'une palissade de bois: Place Royale et ce nom fut conservé de nos jours. En 1642, trente et un ans après le dernier voyage de Champlain au "Sault Saint-Louis" et plus d'un siècle après la visite de Cartier à Hochelaga, Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, fondait Ville-Marie qui devint rapidement Montréal, berceau des bâtisseurs du Canada. Point de départ des expéditions de Cavalier de la Salle, Joliet, Duluth, Marquette, Lamothe-Cadillac, c'était de cette grande cité que s'élançaient tous les pionniers à la découverte d'un immense arrière-pays encore mystérieux. Sous l'administration anglaise, Montréal devint la ville des grands marchands, des armateurs, des constructeurs de chemin de fer, qui jouèrent un rôle prépondérant dans le développement du pays.        Place Ville Marie et la Mairie

104 Montréal place Ville Marie106 Montréal, la mairie

                                          De toutes les villes du Canada, elle est sans conteste celle dont l'activité est la plus intense, la plus variée, la plus créatrice. Située au point de convergence de quatre grandes routes fluviales naturelles, à l'entrée même de la Voie Maritime du Saint-Laurent qui relie la région des Grands Lacs à l'Océan Atlantique, elle est le plus grand port intérieur du continent nord-américain. La cité s'enorgueillit aussi de posséder le plus grand aéroport du Canada qui est d'une importance internationale. Et dans les milieux aéronautiques, c'est un peu la "Capitale mondiale de l'aviation", puisque deux organismes internationaux y siègent: l'OACI et l'IATA. L'expansion débordante de la ville se déploie dans tous les domaines, non seulement dans la construction, l'industrie et le commerce, mais aussi dans les arts. Une autre réussite est son bilinguisme. Certain jours étant réservé à l'autre langue.

103 Montréal Basilique 107 Eglise N-D

La Basilique et l'église Notre-Dame

                                          Par l'Expo 67, Montréal est devenu la perle de cette immense confédération qui fête également son centenaire. Actif et plein de vie avec ses manifestations tout au long des saisons, le Canada est un pays universel avec des divertissements pour tous les goûts. Allez en Alberta en juillet alors que se déchaine l'enthousiasme et la joie de vivre des gens de l'ouest à l'occasion du plus grand rodée (stampede) du monde, ou laissez-vous prendre au jeu des rassemblements de bétail du Manitoba et du Saskatchewan. Laissez-vous gagner par l'enthousiasme du Canada français lors des grandes manifestations sportives du Québec. Venez vous pénétrer de bonnes pièces de théâtre, de musique et de ballets sous le signe de l'élégance qui préside au Festival Shakespearien à Stratford, Ontario ou à Charlottetown, Ile-Prince-Edouard. Résistez, si vous le pouvez, au rythme entraînant des frappements de pieds lors des jamborées de "square-dance" en Colombie-Britannique et au tourbillon des kilts du pas écossais en Nouvelle-Ecosse et au Nouveau-Brunswick. Subissez l'envoûtant magnétisme de l'océan au Festival International des sports nautiques tenu à Vancouver, et comprenant toute une gamme de manifestations aquatiques. En août, assistez aux régates de Saint-Jean, Terre-Neuve; ou encore, visitez la plus grande foire annuelle du monde qui a lieu chaque année à Toronto.

110 Montréal, séquoia de 1900 ans 105 Montréal statue Edouard VII

                                            Séquoia de 1900 ans et statue d'Edouard VII

                                           Peint en couleurs vives par la nature, avec des myriades de lacs comme autant de joyaux, des sommets couronnés de neige, une profusion de fleurs à longueur d'année sur l'île de Vancouver, des érables flamboyants à l'automne dans l'Est du pays, et d'incroyables couchers de soleil sur les Prairies. Egayé par l'apparat hérité de nombreuses cultures; avec les Indiens resplendissants de l'Alberta; l'exubérance gallique du Québec, la "belle province", qu'on mesure au rythme syncopé des tambours et des cors lors des défilés; la précision des soldats qui participent à le relève de la garde, tout au long de l'été, à Ottawa, la capitale; la Police Montée Royale Canadienne exécutant le Défilé en Musique lors de leurs tournées à cheval à travers le pays, et un kaléidoscope de danses en costumes folkloriques sur la Colline Parlementaire à Ottawa, lors de la commémoration de la Fête Nationale, le 1er juillet. Entre les falaises battues par les embruns salés des provinces atlantiques, et la côte du Pacifique échancrée par des fjords majestueux, s'étendent des richesses à la portée des vacanciers avides de découvertes. Il y a le caractère sophistiqué et ambitieux des grandes villes, le bien-être du camping et la sérénité des parcs nationaux; il y a, vers le nord, les brusques frémissements des torrents, la sauvagerie d'une nature propice à la chasse, et la possibilité de jouer au golf au soleil de minuit dans les Territoires du Nord-Ouest. Les cours d'eau et les lacs remplis de poissons sont innombrables dans ce pays qu'est le paradis des pêcheurs à la ligne et fait le délice des amateurs de bateau; et les plages dorées de l'Ile-Prince-Edouard sont baignées par l'eau la plus chaude de toute la côte Atlantique. Chaque province a son caractère et son charme propre, faisant du Canada un damier de contrastes vifs.

118 Plan accès Expo67

 

                                             F.J-L : 27 septembre 1969

 

<  Page précédente  -  page d’accueil  -  table des matières  -  page suivante  >