Pages A4 - 195 à 201. 

 

5. 5. 4- Expo 67, Terre des Hommes.

 

  

 

 

                                       L' expo 67 s'inspire de Saint-Exupéry: "Etre homme, disait-il, c'est sentir en posant sa pierre que l'on contribue à construire le monde". Ce thème a été choisi dans le but de mieux comprendre l'attitude de l'homme face à son environnement. L'homme, de par le monde, s'est révélé un être complexe depuis tous les temps. Il ne fait aucun doute que l'entourage naturel où il vit, les traditions et structures sociales son milieu, les apports de sa religion, de son histoire et de sa technique sont autant de facteurs qui contribuent à influencer sa nature déjà su compliquée. Il s'agit donc d'exprimer l'évolution de l'homme et ses aspirations, particulièrement en cette période d'intense changement. La plupart des nations du globe se retrouve à l'Exposition pour y proclamer leur foi en l'Homme et cet hommage prend la forme de pavillons consacrés à la pensée, à l'art, à la science, aux explorations, à l'industrie, à la vie moderne et au progrès. Mais à côté de ce caractère culturel hautement développé, les organisateurs de l'Exposition n'ont pas oublié que le rire est le propre de l'Homme. Aussi ont-ils préparé un programme de divertissements tel que nulle part encore au monde, il n'en fut réuni de semblable. Ils ont pris partout les meilleures distractions, les meilleures idées d'amusement, les inventions les plus inattendues pour faire du Parc d'attractions de la Ronde le rendez-vous de la liesse.      Fleuve St. Laurent et pont Jacques Cartier

5.5.4B Montréal, fleuve St. Laurent 5.5.4A Montréal, pont Jacques Cartier

                                       Aussi sans doute, l'Exposition passera à l'histoire pour l'emploi qu'on y aura fait des techniques audio-visuelles. Tout y passe en effet, dans presque tous les pavillons et jusque sur les places publiques: on fait appel à la radio, à la télévision, aux projections d'images fixes, à la stéréophonie, à l'électrophone, au magnétophone et, naturellement, au cinéma. Didactiques ou divertissants, les effets produits contribuent à l'illustrer, à évoquer, à reproduire, à exalter les divers aspects du thème "Terre des Hommes". Chacune des techniques employées a été développée, enrichie, perfectionnée au point que les spectateurs sont souvent subjugués par les illusions qui les emportent vers des univers inconnus. De tous les moyens audio-visuels, le cinéma est assurément le plus répandu; il emprunte les formes les plus inattendues; il est parfois classique ou conventionnel mais, plus souvent, témoigne d'un souci d'originalité et de vérité qui produits des résultats fascinants. L'écran est tantôt géant, tantôt minuscule, tantôt sphérique, presque spatial. L'œil est dérouté un moment; les habitudes sont bousculées. Mais le dénominateur commun de toutes ces inventions, fruits du génie de l'homme contemporain, s'inspire toujours des mêmes objectifs: la communication, l'enseignement, l'explication. En effet, les hommes, qui ont toujours cherché à s'exprimer, à se définir, à se révéler, y parviennent ici grâce à des modes qui favorisent l'établissement de liens entre les êtres, ces liens dont Saint-Exupéry avait la profonde nostalgie.

 

5.5.4-I Plan de l'Expo 67

 

                                       L'emblème officiel de l'Expo 67 est l'interprétation graphique moderne du symbole préhistorique de l'homme en prière, une ligne verticale flanquée de deux bras levés vers le ciel, tel que nos ancêtres de l'âge de pierre l'a dessiné dans sa caverne. Deux symboles jumelés représentent l'amitié et l'entraide. Plus nombreux et disposés autour d'un cercle qui est le monde, ces symboles expriment le thème "Terre de des Hommes". Par l'adoption de ce thème, les organisateurs ont voulu mettre en valeur l'homme et ses créations les plus remarquables, montrer les progrès accomplis dans le domaine des arts et des sciences, recréer le cadre où il vit actuellement et laisser entrevoir les mystères de l'avenir à une époque où la vie évolue à un rythme effréné et prodigieux.  D'où quatre grands sujets d'études:

                                       - L'Homme interroge l'Univers.

                                       - L'Homme et l'Agriculture, l'Homme à l'œuvre.

                                       - Le Génie Créateur de l'Homme.

                                       - L'Homme dans la cité.

                                       Le premier sujet d'étude est divisé en cinq sous-thèmes dont "l'Homme et les Régions Polaires". Comme illustration de l'histoire, de la géographie et des phénomènes naturels des régions polaires, le visiteur voit non seulement des plantes et des animaux de ces régions, mais aussi des êtres humains en pleine évolution. On marche littéralement à travers une présentation qui nous fait voir le cycle de la précipitation dans les solitudes polaires. = Dans le sous-thème "l'Homme et la Mer" est illustré les efforts de l'homme pour mieux comprendre la mer et en faire un meilleur usage. C'est une étude de l'origine de la mer, de la circulation sur la mer et sous la mer, des divers aspects de l'océanographie. Il est question du cycle de la vie et de son évolution dans l'océan, des courants marins, des marées, des vagues, des vivres, des produits chimiques, de l'eau fraîche, des minéraux. = Pour illustrer les sujets de "l'Homme, la Terre et l'Espace", on eut recours à trois présentations principales: l'Homme au sein de la Terre, l'Homme sur la Terre et l'Homme au-dessus de la Terre, ainsi qu'à une projection cinématographique. Dans ce pavillon, on offre au visiteur une vue "verticale" plutôt "qu'horizontale" de la terre, tout en soulignant la réaction que cette disposition peut susciter chez l'homme. = Comment l'homme est-il fait ? Comment communique-t-il ses impressions au cerveau pour que ce dernier ordonne aux muscles de réagir ? Comment fonctionne l'horloge biologique et comment est-elle influencée par les cycles naturels ? Autant de questions auxquelles répondent les présentations du pavillon: "l'Homme et la Vie". = Pour le sous-thème "l'Homme et la Santé", on raconte l'histoire des sciences médicales où sont illustrés les problèmes particuliers auxquels l'homme doit faire face en cette ère spatiale.

 

5.5.4C Montréal, Expo 67 5.5.4D Montréal, lac des cygnes

                                       Un emplacement de plus de sept acres, à l'extrémité est de l'île Notre-Dame, est réservé aux présentations de "l'Homme et l'Agriculture". Le centre est occupé par l'Acre ensoleillée, sorte d'ilot de verdure illustrant les diverses phases de la croissance des plantes. Terrasses, plantations et bâtiments, tout souligne l'esprit inventif de l'homme en matière d'agriculture. = Le pavillon de "l'Homme à l'œuvre" est à quatre paliers et les présentations principales se trouvent aux deuxième et quatrième paliers qui sont disposées en trois groupes appelés: les Ressources de l'Homme, le Progrès et l'Apprenti Sorcier. Au premier palier, outre les restaurants et les services, il y a quelques présentations privées se rapportant aux sous-thèmes. Les ressources de l'homme, ce sont les vivres, les matières premières et l'énergie qu'il tire de son milieu. Le progrès est celui, surtout, de la technologie. L'apprenti sorcier est l'homme cherchant à dominer ses propres découvertes pour rester maître de son propre destin.

                                       Pour le sujet "le Génie Créateur de l'Homme", l'Expo a ses propres expositions d'œuvres d'art, de photographies et de sculpture contemporaine, dans la cité du Havre. On a groupé les œuvres d'art en différents sous-thèmes: l'Homme et son idéal, l'Homme et ses conflits, l'Homme et la nature, l'Homme à la recherche de l'infini. Dans chaque secteur, on y a juxtaposé des œuvres anciennes et des œuvres modernes, d'art occidental et d'art oriental. Près de la moitié des œuvres d'art choisies représentent la grande période culturelle de l'Europe occidentale. Les autres œuvres illustrent les cultures orientale et primitive, les débuts de la civilisation chrétienne, les périodes romane et gothique. = Le but premier de l'importante Exposition de photographie est de présenter l'homme en tant que membre d'une communauté, plutôt que seul au sein de sa famille. Les photographies choisies montrent l'homme explorateur, savant, sociologue; l'homme ouvrier et producteur; l'homme à la ferme ou à l'usine; l'homme utilisant ses loisirs pour voyager ou pour se divertir. Quant à l'Exposition de sculpture contemporaine, situé dans le parc de l'île Sainte-Hélène, cinquante artistes y sont représentés. Ils ont été choisis par un comité international.

                                       Le pavillon illustrant le thème "l'Homme dans la Cité" s'intéresse avant tout aux effets de la technologie sur certains aspects de la condition humaine. On s'y penche sur la cellule sociale et l'on porte une attention toute spéciale à l'individu en milieu urbain. Mais en dehors des pavillons thématiques, il existe d'autres secteurs de l'Expo 67 pouvant intéresser directement l'éducateur, tels le Centre des Enfants, l'Auditorium du Pont du Canada et le Pavillon des Jeunesses Musicales.

                                       Une énorme sphère géodésique, mesurant 187 pieds (60 m.) de hauteur sur 250 pieds (80 m.) de diamètre constitue presque entièrement le pavillon des Etats-Unis. Cette sphère se compose d'une ossature d'acier recouverte de plastique et de verre. Sous le thème "Réalisation Américaine", il accorde une grande importance au rôle joué par les USA dans la recherche spatiale, les arts et la technologie. Devant une toile de fond représentant la configuration de la lune, on montre des modèles à l'échelle de l'équipement du projet Apollo. Les tendances de la peinture et de la sculpture aux Etats-Unis y sont illustrées. Ailleurs, l'accent porte sur la technologie appliquée aux communications et aux transports et sur les dernières découvertes électroniques. Des objets et des documents anciens commentent l'histoire des USA. Le pavillon comprend une salle de cinéma où est projeté le film "Créative America" ainsi qu'un théâtre en plein air.                USA & Russie

5.5.4F Pavillon Etats-Unis 5.5.4G Pavillon Russie

                                    Un immense toit incurvé, supporté par deux poutres d'acier en forme de V et s'élevant jusqu'à 138 pieds (45 m.) de hauteur, permet de repérer facilement le pavillon de l'U.R.S.S. Des panneaux de verre suspendus à ce toit forment les murs de l'édifice. On y trouve un planétarium sphérique, deux mezzanines, une salle de cinéma, un bar-restaurant... Il a pour thème: "Tout pour l'homme par l'homme". Les éléments d'exposition montrent les réussites soviétiques dans les domaines de l'industrie, de la science, de la technologie, du progrès économico-social. Dans un secteur portant sur la recherche spatiale, les visiteurs peuvent éprouver la sensation de l'apesanteur.

                                    À l'entrée du pavillon de la Belgique, on y trouve une création de l'artiste belge Strebelle: une "sculpture mouvante". Autre part, nous rencontrons une exposition de la bande dessinée (Spirou, Tintin, Astérix, ...), quelques tableaux célèbres: "le Roi boit" de Jordaens, "la Famille de Berchem" et "l'Agneau Mystique". On y admire aussi des œuvres d'art: la châsse de Saint Remacle de Stavelot et le reliquaire de Charles le Téméraire. Le pavillon belge possède également son petit "Panthéon" où sont groupées toutes nos gloires nationales dans le domaine des arts, de l'industrie et de l'invention. Il y a très peu de machines, mais des invitations au tourisme et au folklore.

5.5.4E Montréal, Belgique 5.5.4HPavillon Grande-Bretagne

                                      

                                        Avec sa tour, au sommet duquel s'insère un Union Jack à trois dimensions, le pavillon de la Grande-Bretagne est le plus élevé de tous. Tout comme son autre édifice, tout en longueur, ils sont dépourvus de fenêtres et la place elle-même est sans verdure, ce qui donne à l'ensemble une apparence à la fois industrielle et massive. Cinq aires d'exposition développent le thème: "le Défi de l'Evolution". Les Britanniques sont tout d'abord présentés comme un peuple qui a su relever les défis de l'histoire et s'est forgé une communauté stable et de grande expérience. Puis vient l'illustration de leurs faits et gestes. La troisième aire montre l'image moderne de l'Angleterre. La quatrième donne des exemples de croissance et de vigueur, et la cinquième raconte comment la Grande-Bretagne relève les défis que posent les problèmes mondiaux et les responsabilités internationales.

                                        Le pavillon de la Scandinavie est celui de la participation conjointe du Danemark, de la Finlande, de l'Islande, de la Norvège et de la Suède. Les murs extérieur de l'édifice principal sont faits de lames de bois, de même que le toit qui ressemble ainsi à une immense persienne et reposant sur quatorze colonnes d'acier. Sous le thème général "l'humanité à l'unisson", la grande salle au rez-de-chaussée groupe les éléments d'exposition des cinq pays nordiques. Mais à l'étage, chacun de ces pays développe un thème qui lui est propre. Le Danemark fait plein feux sur l'homme lui-même pour expliquer que "l'Homme est la matière première d'un pays développé". La Finlande illustre les divers éléments de l'industrialisation d'un pays. L'Islande, l'utilisation de son abondante richesse thermale. La Norvège s'est donné pour thème "l'Homme et l'Eau". Par le film, la Suède illustre son orientation sociale, économique et culturelle dont son thème est: "Pour un mode de vie plus humain".                                      

                                       Le pavillon du Japon est une interprétation moderne de l'architecture traditionnelle de ce pays. De longues poutres de béton, disposées horizontalement et de façon que leurs extrémités se croisent aux angles, forment les murs de quatre bâtiments contigus qui s'échelonnent en s'échelonnent en descendant vers un jardin et un restaurant japonais. Les coutumes, l'art et la technologie du Japon font l'objet de trois présentations distinctes.

                                       Tel un palais, l'édifice principal du pavillon de la Thaïlande est richement orné de tourelles et de flèches dorées. Tout près, la réplique d'une barque royale est amarrée dans la lagune. La tradition du pays est représentée par la réplique du palais dans lequel on peut admirer des costumes anciens, une barque d'apparat, un éléphant caparaçonné et un char royal. Dans un autre édifice, de construction plus simple, la Thaïlande d'aujourd'hui est représentée par ses soieries, ses bijoux, ses objets de bronze et d'argent ainsi que par ses produits d'exportation.

                                       Une cour intérieure aux terrasses étagées entourée de petits pavillons distincts quoiqu'indépendants, constitue la Place d'Afrique. Ces pavillons ont des toits de contreplaqué recouvert d'une matière plastique d'un blanc éclatant. L'inclinaison de ces toits est en fonction des vents dominants et de la lumière du jour. Des murs de brique rouge et des dalles d'ardoise rouge se marient agréablement aux arbres ombreux. On y trouve le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Côte d'Ivoire, le Kenya, le Rwanda, le Sénégal, la Tanzanie, le Togo, l'Ouganda et Madagascar.

                                       L'édifice du pavillon du Mexique qui a pour thème "Histoire et Aspiration", épouse la forme d'un immense coquillage stylisé donnant sur une lagune. D'une hauteur de 65 pieds (21 m.), il couvre entièrement l'aire principale d'exposition qui se trouve en partie sous terre et s'ouvre sur un amphithéâtre en plein air, d'inspiration aztèque, qui contient des sculptures de la période préhispanique. Cinq embarcations constituent un restaurant flottant sur la lagune.

                                       Le pavillon de l'Australie a la forme d'un tronc de pyramide quadrangulaire reposant sur des piliers. Des murs de verre se font face; les deux autres sont en métal. À l'intérieur, quatre colonnes creuses vont chercher au-delà du plafond air et lumière. L'aménagement paysager évoque une montagne recouverte de forêts, un coin de désert, un trou d'eau et un récif de corail. Il y a quatre grandes aires d'exposition. Celle de la science est dominée par un radiotélescope tourné vers une immense carte céleste. Une maquette tournante de la ville de Canberra retient tout particulièrement l'attention dans l'illustration du mode de vie des Australiens. Les Arts y sont particulièrement bien représentés.

                                       Les murs du pavillon de l'Etat d'Israël sont constitués de panneaux de fibre de verre translucide encastrés dans une structure d'acier. Le soir, la lumière artificielle se reflète sur ce pavillon blanc et semble l'illuminer. En le parcourant, on y revit toute l'histoire d'Israël. Une des aires d'exposition illustre le retour à la terre de Chanaan et la transformation d'une contrée désertique en un pays fertile et prospère. Tout en dégustant, dans un jardin, les spécialités culinaires israéliennes, le visiteur peut assister à des spectacles de danses folkloriques.

                                       Eglises anglicane, baptiste, luthérienne, presbytérienne, catholique romaine, ukrainienne grecque orthodoxe et unie du Canada. Le trait dominant du Pavillon Chrétien est son toit incurvé au centre. Quant à ses murs latéraux en stuc blanc, ils se prolongent pour former un jardin enclos. Une croix d'acier, de cinq mètres de haut et en forme de T, marque l'entrée du jardin. Ce pavillon veut s'adresser à l'homme et lui montrer ce que le Christ et l'Evangile peuvent être pour lui dans la vie. La première des trois zones de présentations illustre la vie de l'homme au sein de la famille, de la cité, des techniques contemporaines. La deuxième zone est dite "négative": l'homme s'y trouve en face des grands problèmes de l'individu et de la collectivité. C'est dans la troisième zone qu'est présenté le message chrétien, qu'un appel est fait à la conscience de l'homme.   

                                      

                                       Le principal édifice du pavillon du Canada est une immense pyramide renversée qui porte le nom de Katimavik (mot esquimau signifiant lieu de rencontre). Quatre colonnes en forme de V la supportent. Sur les murs intérieurs des éléments d'exposition parlent des temps passés. À sa base, la croissance politique et sociale du Canada. D'autres édifices, plus petits et aux toits blancs en forme de losanges, l'entourent où sont exposés les divers aspects de la vie canadienne. Au centre de tout cela se dresse l'Arbre des Canadiens, un symbolique érable stylisé, dont les feuilles sont formées de centaines de photographies de Canadiens. Un centre d'activité créatrice pour les enfants intègre aux jeux un système avant-gardiste d'enseignement. À la galerie d'art, on peut admirer une cinquantaine d'œuvres d'artistes canadiens, des dessins d'architectes, des compositions d'art graphique et de la photographie d'art et, à l'extérieur, une quinzaine de sculptures canadiennes. En quittant le pavillon, on découvre, émergeant de la lagune, le monstre à deux têtes Uki.

                                       Le pavillon de la France comprend un édifice baignant partiellement dans une lagune. Un restaurant pouvant accueillir 150 convives donne sur un bassin intérieur. L'édifice de cent pieds (32 m.) de hauteur se compose de sept étages circulaires. "Tradition et inventions" en est le thème. Tout un étage est occupé par une galerie d'art. La musique et la littérature ont également leur étage complet. D'autres présentations portent sur les sciences, l'expansion industrielle, l'humanisme social. Malheureusement, je ne pus le visiter car durant mon séjour il fut réservé au Général de Gaule et les accès furent bloqués. C'est lors d'un discours que le président français Charles de Gaulle termina par ces mots: "Vive le Québec libre". Pour pouvoir parcourir un maximum de pavillon pendant mes trois jours, je ne pouvais me permettre de me mettre dans les files dont l'attente variait entre deux et quatre heures. Alors, je prétextais d'aller aux toilettes pour entrer via le restaurant de chaque pavillon national, ce qui m'a permis d'en visiter 13 sur les 45. Le voyage retour jusqu'à Londres fut assumé par la compagnie BOAC et de Londres à Bruxelles par la BEA.

 

5.5.4J Index PlanExpo67

                                             F.J-L : 9 octobre 1969

Page précédente  -  page d’accueil  -  table des matières  -  page suivante  >