Pages A4 - 263.

 

 

9. 4- Qui est-elle ?

  

1973.03G Abbaye

 

 

 

 

Chaque fleur dit un mot du livre de nature:

La rose est à l'amour et fête la beauté,

La violette exhale une âme aimante et pure,         

Et le lis resplendit de sa simplicité.

 

Mais Jeannine, monstre de culture,

Rose sans ambroisie et lis sans majesté,

Semble s'épanouir, aux saisons de froidure,                     

Pour les ennuis coquets de la virginité.

           

Cependant, au rebord des loges de théâtre,

J'aime à voir, évasant leurs pétales d'albâtre,

Couronne de pudeur, de blancs camélias.

 

Parmi tes cheveux bruns de belles dames

Qui savent inspirer un amour pur aux âmes,

Comme les marbres grecs du sculpteur Phidias.

 

 

 

 

                                       Jeannine est une petite brune, aux yeux bleus et à la silhouette généreuse. Quoiqu'elle offre les symptômes d'un caractère viril, elle est douce, tendre et dévouée. Sa candeur, sa naïveté parfois, sa tranquille résignation à une vie laborieuse, sa sagesse que nulles médisances n'attaquent, ont dû me séduire. Ainsi, depuis notre première entrevue, une sourde et simple passion s'est-elle émue entre nous. Modeste en apparence, fière en réalité, elle est une femme plus importante que ne l'est une grande dame pour un simple clerc. Gauche et inquiet près de mon idole, aussi pressé de partir que d'arriver, je désire contenir ma passion au lieu de l'exprimer. Quoique ce grand amour ne se révèle que de petites choses, Jeannine l'a compris; elle est flattée sans orgueil de se voir l'objet du profond respect empreint dans les regards, dans les paroles, dans mes manières.

                                       De cette âme simple, dévouée et pure se trouve une femme d'action qui prend la vie à bras le corps comme une femme mûre face aux opiniâtretés de tous les jours. En elle ressort également un fluide ensorceleur avec son regard, ses gestes, son sourire qui me rend incontrôlable et encore plus attirante. Ma patience de ce choix se justifie largement devant cette magnifique créature et qui m'a si fortement ébloui à un moment où je m'y attendais le moins. Sans était fini de ces rêves et une réalité prenait vraiment forme avec une réciprocité profonde. Il n'y avait plus aucun doute, nous étions vraiment faits l'un pour l'autre et prêts à remplir de nouveaux chapitres au livre de notre vie. Jeannine Lessire est née à Floreffe le 8 novembre 1948 et est la fille ainée d'Alfred et Pauline Clément (Voir généalogie à l'adresse web:  -  http://fiems-lesire-fr.nexgate.ch/web_fichiers/famlesireIII/index.htm).


 

                                             F.J-L : 16 août 1972

 

Page précédente  -  page d’accueil  -  table des matières  -  page suivante  >