Pages A4 – 266/267. 

 

 

9. 6- Les fiançailles. (3/9/72)

 

 

 

 

 

 

                                       C 'est l'occasion qui nous est offerte de montrer mutuellement et de prouver notre amour l'un vers l'autre. Cela va nous permettre d'annoncer notre volonté de nous marier dans un an et représente un moment de réflexion de notre future vie à deux ainsi que de prendre conscience de notre premier engagement. C'est une étape décisive entre le statut de célibataire à celui de personne mariée et aussi le moment de nous présenter à nos familles et amis respectifs. Par là, nous voulons montrer notre profond désir d'union et de faire éclater au grand jour notre preuve d'amour.

 

                                                                                                                                                                                                           Par une belle journée ensoleillée d'arrière-saison, je me rendis au domicile de Jeannine, accompagné de mon parrain et de ma mère, pour y célébré nos fiançailles. Nous fûmes reçus très chaleureusement par ses parents, grands-parents et sa marraine, et l'on échangea quelques cadeaux. Je lui offris une vasque de fleurs et une splendide bague; ma mère, une bonbonnière en porcelaine; Emile, 3 plats en inox; des fleurs de ses parents ainsi que sa marraine Germaine; des fleurs dans une opale de sa marraine de Floreffe; une opale de sa filleule Pascale; une vasque de sa tante Gilberte et une carte de Bernadette Timmermans. Emue, ma fiancée m'offrit des boutons de manchette en or gravée avec mes initiales et fit une brève allocution que suivi un drink à notre honneur. Après quoi, l'on se mit à table avec une ambiance musicale qu'alternait mon enregistreur à cassettes et la virtuosité de l'un ou l'autre convive. Le grand-père était tout heureux et même comblé lorsque je lui proposais d'aller chercher son accordéon afin de nous remémorer d'anciennes aubades. Ce fut, pour nous, une journée inoubliable tant il est prometteur, sur le bonheur qu'il nous accorde. On avait oublié pour quelques heures nos sarcasmes et nos boutes en train quotidien, une véritable joie de vivre s'était emparé de nous deux. Dans la soirée, nos invités prirent, tour à tour, congés de nous. Avec un regain de fatigue, nous nous sommes séparés en nous disant que dans un an, on ne se quittera plus, et avec la nuit, file comme un songe, cet atout du cœur que sont les fiançailles.

 

                                       "Les jours se suivent mais se ressemble pas et le lendemain nous avons repris le travail chacun de notre côté, séparé par une longue semaine. Maintenant, je peux te dire que ce fut le plus beau jour de ma vie ! Ces heures passées près de toi, comblé de bonheur, d'amour et de tendresse, me seront inoubliables. Je n'avais jamais imaginé qu'un homme me comblerait de la sorte. La bague que tu m'as offerte, symbole de notre amour, est pour moi le plus beaux de tous les cadeaux d'une valeur inestimable. Mais il nous faudra encore patienté un an pour que se concrétise notre union et, dans l'attente, la solitude va me peser lourdement. Cette journée restera gravée en ma mémoire comme dans la tienne, j'en suis persuadée. J'ai fait sécher la rose la plus fraiche de ta magnifique corbeille.  Tu as vraiment un très bon goût et cela m'a fait grandement plaisir."

 

                                             F.J-L : 3 septembre 1972

 

Page précédente  -  page d’accueil  -  table des matières  -  page suivante  >